Vu par Zibeline

Jean-Christophe Born retrace la vie tumultueuse de Gaby Deslys

Quand Gaby réenchante Marseille…

• 10 juin 2018 •
Jean-Christophe Born retrace la vie tumultueuse de Gaby Deslys - Zibeline

À Marseille, on connaît la fameuse villa Gaby surplombant la Corniche. On sait moins qu’elle tire son nom d’une star du music-hall, née à Marseille, qui fut sa célèbre propriétaire il y a un siècle. Gaby Deslys (de son vrai nom Gabrielle Caire) a fait fortune en exerçant son art à Paris, Londres, au Portugal (où elle fut la maîtresse du roi), Vienne, New-York… Lorsqu’elle meurt en 1920 (à 38 ans), au bout d’une existence romanesque et aventureuse, sa villa revient par legs à sa ville chérie. «J’institue pour ma légataire universelle la ville de Marseille, à charge pour elle d’affecter la Villa (…) à un hôpital qui portera mon nom et qui sera entretenu au moyen des revenus de ma succession» souhaitait Gaby Deslys… On en est loin ! Aujourd’hui les intérêts immobiliers l’emportent sur la vocation sociale souhaitée par la donatrice (voir le scandale dénoncé dans La Marseillaise du 26 mai 2018 !).

Bref ,  il y a quelque temps, Jean-Christophe Born, ténor, metteur en scène et artiste polyvalent, marseillais de son état, véritable « cinglé du musical-hall » selon la désuète et délicieuse définition de Jean-Christophe Averty, a eu l’ingénieuse idée de faire revivre cette star adulée et aujourd’hui oubliée. Résultat, c’est une revue, conçue dans la grande tradition du genre, qu’on voit rejouée au mois de mai (une semaine durant à l’Atelier des Arts à Marseille – Sainte-Marguerite) après une tournée aux USA. Elle retrace la carrière de la chanteuse, son existence de femme moderne, en avance sur son temps, libre, parfois scandaleuse… On y découvre ses succès, en français et en anglais, comme les danses qu’elle inspira, à l’image du « Gaby Glide » ou la « danse de l’ours », sur des rythmes de ragtime, de cake walk, à la croisée du caf’conc, du music-hall et du jazz.

Dans « Gaby, mon amour », on danse, on chante dans une humeur joviale, au fil de numéros enlevés, paillettes et dorures à l’appui, et d’un spectacle enluminé par les somptueux et clinquants costumes issus l’atelier Sevin-Doering. Le trio d’artistes transmet une énergie positive au public qui remplit, jour après jour, la salle de spectacle phocéenne. La soprano Clémentine Decouture incarne avec naturel la vedette d’antan, moulant son soprano dans le répertoire de cette dernière… et sa tête dans des chapeaux extravagants !  Jean-Christophe Born se glisse dans le personnage d’Harry Pilcer, son partenaire historique, enchaînant les prouesses vocales. À leur duo lyrique s’agrège un véritable « performer ». Venu de Braodway, Mark Nadler est un pianiste virtuose, crooner au baryton puissant, un danseur de claquettes impressionnant : un cocktail de talents rare sous nos longitudes ! Pour Marseille, la ville, son histoire, ses artistes, « Gaby mon amour » est un magnifique succès !

JACQUES FRESCHEL
Juin 2018

« Gaby, mon amour » a été joué du 7 au 13 mai 2018 à l’Atelier des Arts à Marseille.

À venir :

Les 27 et 28 juillet
Couvent des Minimes, Pourrières
Dans le cadre d’Opéra au Village (cf Zibeline 119)
06 98 31 42 06 loperaauvillage.fr