Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Il Sole non si Muove, un disque intemporel du groupe Rassegna chez Buda Musique

Pour espacer le temps

Il Sole non si Muove, un disque intemporel du groupe Rassegna chez Buda Musique - Zibeline

Musique « intranquille et voyageuse » du XVIe siècle, ainsi la qualifie l’historien Patrick Boucheron en introduction au nouveau CD du groupe Rassegna, Il sole non si muove, petit bijou enregistré au studio du théâtre Durance (Château-Arnoux) et produit par Buda Musique. Le XVIe ? Parce que, sans doute, les frontières entre musique savante et populaire ne sont pas aussi nettes qu’aujourd’hui ; les musiciens sillonnent les territoires, transportant avec eux un répertoire où les genres se côtoient, dans une époque comme la nôtre dans un entre-deux… Cette capacité à ne pas établir de distinctions a séduit Bruno Allary, âme de ce bel ensemble, qui refuse les cloisonnements qui « réduisent l’infini au binaire ». Le résultat, une incursion délicieuse qui nous mène de l’Angleterre élisabéthaine aux faubourgs de Tlemcen en passant par l’Italie, l’Espagne, le Portugal, la Bulgarie et la Provence. Quatorze pièces d’une sobre et virtuose élégance : Mireille Collignon et ses violes de gambe (basse et dessus), apporte avec ces instruments nés à la fin du XVe le parfum de la Renaissance ; Isabelle Courroy et ses flûtes kaval sourit de l’aventure et note le bonheur des « rythmes boiteux » ; Bruno Allary, qui passe de la guitare flamenca à celles classique, électrique ou baroque, soutenu par la basse électrique, la contrebasse ou le tar de Philippe Guiraud, se risque pour la première fois au chant, avec l’Ode sur la misère et la pauvreté de Bellaud de la Bellaudière en langue d’Oc, rauque comme la situation du poète enfermé dans les geôles de Moulin ; Fouad Didi au oud interprète Salouni ya Ahle el Hawa, exemplaire du genre musical arabo-andalou néo-classique Hawzi, originaire de Tlemcen au cours du XVIe ; s’unissent, enfin, en harmonies précises et inventives les voix superbes des trois chanteuses (aussi à la derbuka, au cajόn, ou au bendir) Sylvie Paz, Carine Lotta, Carina Salvado. Temps suspendu entre John Dowland et l’étonnant (et envoûtant) The Three Ravens de Ravencroft (sic)… Musique toujours contemporaine puisqu’intemporelle…

MARYVONNE COLOMBANI
Mars 2017

Il Sole non si Muove, Buda Musique, 16.05 €

Photo : Il Sole non si muove, Cie Rassegna © Muriel Despiau


Théâtre Durance
Avenue des Lauzières
04160 Château-Arnoux-Saint-Auban
04 92 64 27 34
http://www.theatredurance.fr/