Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Première publication monographique chez Actes Sud des œuvres de Laura Pannack et Mélanie Wenger

Portraits du monde contemporain

Première publication monographique chez Actes Sud des œuvres de Laura Pannack et Mélanie Wenger - Zibeline

Afin que le Prix HSBC pour la photographie ne soit pas qu’un feu de paille, les artistes primés bénéficient d’une exposition itinérante en France et à l’étranger, et d’une première publication monographique chez Actes Sud. Ainsi peut-on prolonger la découverte des œuvres de Laura Pannack et Mélanie Wenger exposées au Gallifet Art Center à Aix-en-Provence (17 juin-30 septembre) et à la Maison de la photographie à Toulon (7 octobre-4 novembre).

L’une et l’autre dressent le portrait du monde contemporain avec une distanciation feinte chez Laura Pannack et une empathie contagieuse chez Mélanie Wenger. Toutes deux privilégient la relation à l’autre : Laura Panack part sur les routes de Roumanie avec en bandoulière ses deux passions pour la psychologie et la photographie ; Mélanie Wenger trace son chemin dans un lieu-dit perdu des monts d’Arrée bretons. Laura Pannack accompagne chaque photographie d’un texte court (notes personnelles, observations, commentaire face à une arrestation policière…) et d’un extrait d’un conte populaire roumain qui viennent éclairer de manière subjective les paysages, les portraits singuliers ou de groupe, les figures imposées ou impromptues. Fort de tous ces éléments conjugués, elle cartographie la Roumanie actuelle avec une précision sensible, du choix du cadrage à la palette pastel, jusqu’aux éclairages tamisés. Son entretien avec Thyago Nogueira qui scinde l’album en deux parties, Ne pas vieillir, ne pas mourir, ajoute un supplément d’âme à un travail face auquel le lecteur peut rester spectateur. À contrario, les visages, les mains, les cheveux gris ébouriffés, les poupées, le sourire, le regard lumineux de Marie-Claude, son tricot chamarré, nous obsèdent : un seul regard posé sur l’une des photographies de Mélanie Wenger et cette vieille dame rebelle nous est proche. Son histoire devient nôtre. Le conte photographique ne tient qu’en une seule page, La dame aux poupées, car les images se suffisent à elles-mêmes pour dire sa solitude, sa folie douce, sa mémoire qui flanche et le bonheur d’une rencontre. « Ermite, sorcière, vieille folle, korrigan ou petite grand-mère. La voici » écrit simplement Mélanie Wenger dont l’œuvre est pétrie d’humanité.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Novembre 2017

Against the dyings of the light
Photographie Laura Pannack
Textes Thyago Nogueira  et Laura Pannack
Actes sud, 20 €

couv HSBC Melanie Wenger

Marie-Claude
Photographie et texte Mélanie Wenger
Actes sud, 20 €