Vu par Zibeline

Un Don Giovanni « tiré au cordeau » à l’affiche du Festival d’Aix

« Passion prédominante… »

• 6 juillet 2017⇒21 juillet 2017 •
Un Don Giovanni « tiré au cordeau » à l’affiche du Festival d’Aix - Zibeline

Point de tapageuse controverse à l’issue de la première de Don Giovanni : on applaudit volontiers la production… sans grand enthousiasme cependant ! Jean-François Sivadier connaît Don Juan jusqu’au bout de ses vers et passe de Molière à Mozart sans réécrire le mythe. Le mot « Libertà » qu’il trace, en lettres de sang sur le mur qu’on brise au fond de la scène, reste dans les limites du respect du texte et de ses auteurs. Pour peu qu’on adhère à une mise en scène qui « brise le quatrième mur », d’un spectacle qui se « construit à vue », on apprécie les qualités de ce Don Giovanni, l’énergie qui s’en dégage, sa scénographie comportant des images frappantes. Le plateau, jeune, est emmené par maître et valet dans une danse effrénée qui trouve son aboutissement morbide lors de la fameuse scène du Commandeur (puissant et spectral David Leigh). À l’image du Christ, le libertin est sacrifié sur l’autel d’un perpétuel retour à l’ordre moral. Philippe Sly (Don Giovanni) adopte une émission surprenante dans les scènes de séduction, dé-timbre son baryton, brise la ligne habituelle du legato : sa voix est glaçante, dès la scène initiale du meurtre traitée en étreinte macabre. Le « catalogue » de Leporello (Nahuel di Pierro, excellent valet de comédie) s’enlumine d’un ciel d’ampoules colorées (Philippe Berthomé) figurant la constellation des conquêtes déclinées à Elvira (Isabel Leonard). Cette dernière, particulièrement émouvante dans son récitatif du 2e acte, est accompagnée d’une camériste figurant cette « jeune débutante », chère au séducteur, qu’il se réserve au banquet final ! Le plateau s’enrichit du soprano puissant d’Eleonara Buratto (Anna) qui prend le pas sur son partenaire Pavol Breslik (Ottavio) aux intonations pas toujours parfaites. Krzysztof Baczyk donne de la prestance vocale et scénique à Masetto et Julie Fuchs incarne une Zerlina fraîche et délicieusement espiègle. Le tout est dirigé au cordeau par Jérémie Rhorer, aux sons des instruments d’époque du Cercle de l’Harmonie.

JACQUES FRESCHEL
Juillet 2017

Don Giovanni a été donné au Théâtre de l’Archevêché les 6, 8, 10, 13 juillet

À venir
15, 17, 19 & 21 juillet
Théâtre de l’Archevêché, Aix-en-Provence
0820 922 923 festival-aix.com

Photographie : Don Giovanni, photo de répétition © Pascal Victor


Festival International d’Art Lyrique d’Aix en Provence
0820 922 923
http://www.festival-aix.com/