Zibeline bannière
Vu par Zibeline

Hamlet d'Ambroise Thomas : un grand spectacle à l'Opéra de Marseille !

Oublier Shakespeare…

• 27 septembre 2016, 29 septembre 2016, 2 octobre 2016, 4 octobre 2016 •
Hamlet d'Ambroise Thomas : un grand spectacle à l'Opéra de Marseille ! - Zibeline

Nul n’est besoin de chercher dans Hamlet, porté à l’opéra par le compositeur Ambroise Thomas en 1868, trop de références élisabéthaines. Si les librettistes Jules Barbier et Michel Carré ont conservé la trame narrative de la pièce, ils ont focalisé l’action autour du héros, de ses doutes, son destin… Contrairement à Shakespeare, Hamlet survit au drame, au désespoir, et monte sur le trône du Danemark. Point de morts en série également : seuls Claudius, l’oncle félon, tombe au final sous la lame du prince et la bien-aimée Ophélie se noie après une épique scène de folie. Dans la mise en scène de Vincent Boussard (assisté de Natascha Ursuliak), c’est dans une baignoire que la soprano Patrizia Ciofi sombre au bout d’un feu d’artifice de vocalises et d’un monologue d’anthologie !

img_0298-photo-christian-dresse-2016

L’Hamlet que conçoit Ambroise Thomas est une « force qui va », romantique, et sa musique l’accompagne d’un souffle lyrique imposant. Les airs du héros explorent son âme (« Être ou ne pas être ») ou chantent l’exubérante ivresse (« O vin, dissipe la tristesse »).  Si l’Orchestre de l’Opéra de Marseille (dir. Lawrence Foster) et son grand Chœur (préparé par Emmanuel Trenque) remplissent leur office avec brio, c’est au grand baryton (on ne peut que l’être pour aborder ce rôle écrasant) Jean-François Lapointe qu’on dresse les plus beaux lauriers. Depuis la création de cette production à Marseille en 2010, le Québécois a remplacé Franco Pomponi (déjà en Avignon en 2015). Au fil des ans, l’artiste gagne en pâte vocale dans le grave et la puissance de ses aigus reste sidérale. La conduite de son chant dans un parfait français est exemplaire, subtile, nuancée, son incarnation formidablement habitée. On irait à l’Opéra de Marseille rien que pour l’entendre !

img_0657-photo-christian-dresse-2016

D’autant qu’il est fort bien accompagné. On retrouve (comme en 2010) la Ciofi en Ophélie rêveuse, bercée par les livres, à la silhouette frêle d’où jaillissent d’incroyables aigus. Marc Barrard (Claudius), souverain, fait mouche dans sa scène de remord et Sylvie Brunet-Grupposo (Gertrude), mezzo à la cylindrée démesurée, magnifie la scène toute de tension dramatique durant laquelle son fils l’accuse de trahison homicide envers le roi. Rémy Mathieu (Laërte, frère d’Ophélie) fait entendre son timbre incisif de ténor, certes un peu léger pour l’emploi au regard des premiers rôles qui l’accompagnent, Jean-Marie Delpas se moule dans le paternel d’Ophélie (Polonius), meurtrier complice, le duo des compères Horatio / Marcellus est un peu déséquilibré (Christophe Gay, très puissant, remplaçant le baryton Bernard Imbert brutalement disparu au début de l’été aux côtés du ténor Samy Camps) quand celui des fossoyeurs (Antoine Garcin et Florian Cafiero) apporte une touche burlesque au drame romantique.

p1000222-photo-christian-dresse-2016

Dans le décor unique, glacé et tranchant (scénographie Vincent Lemaire), les costumes s’ancrent dans le 19ème siècle (Katia Duflot), des cadres, portraits ou miroirs s’accrochent, se décrochent et de belles scènes marquent les esprits, comme lorsque le spectre tutélaire, renversant, marche à l’horizontale sur la cloison (doublé en coulisse par l’imposante basse Patrick Bolleire). Il en va de même de la pantomime, « théâtre dans le théâtre » rejouant l’empoisonnement, ou de l’ultime tableau au tombeau, lorsque les cloisons se soulèvent pour laisser place au cortège funèbre pleurant sur le cercueil gelé d’Ophélie, recouvert d’un tapis de feuilles au blanc aveuglant (lumières Guido Levi) ! A (re)voir !

img_0427-photo-christian-dresse-2016

JACQUES FRESCHEL

Septembre 2016

Hamlet à l’Opéra de Marseille, encore les 29 sept, 2 et 4 oct

http://opera.marseille.fr

Photos © Christian Dresse


Opéra de Marseille
2 Rue Molière
13001 Marseille
04 91 55 11 10
http://opera.marseille.fr/