Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Marseille à l’heure du jazz : Ahmad Jamal prélude le Festival des 5 Continents

Marseille a son standard

• 16 juin 2017⇒29 juillet 2017 •
Marseille à l’heure du jazz : Ahmad Jamal prélude le Festival des 5 Continents - Zibeline

Ahmad Jamal était à l’Opéra de Marseille en préambule du Marseille Jazz des 5 continents. Un grand moment !

Dès qu’il entre en scène, lunettes noires et petits pas précautionneux, les inquiétudes au sujet de son âge s’envolent (il a 87 ans, et on a parfois été déçus par les prestations cacochymes de cette génération de jazzmen). Et dès qu’il pose les mains sur le clavier, on reste bouche bée. Il est rare qu’un jazz aussi évident, jeune, exquis, raffiné, corsé pourtant, soit donné à entendre. Pendant un peu plus d’une heure trente l’opéra a vibré, fasciné. Par la virtuosité d’Herlin Riley, sa batterie qui s’enflamme et court, rapide et sonore, tendue et feutrée, puis éclatante encore ; par l’inventivité de Manolo Badrena aux percussions, maniant des appeaux étranges, des cloches, apportant sans discorde des sons fondamentalement différents ; par la contrebasse de James Cammack, au soutien  rythmique infaillible, aux contrechants complexifiant les mélodies, aux solos attachants et retenus. Attentifs.

Car la star est au piano. C’est lui qui donne tout, règle les intensités, laisse la place, met en valeur. Et puis qui joue, déploie un toucher inouï, attaque un standard, A motherless child, ou les Feuilles mortes, là où on les reconnaît à peine. Parce qu’il les pare de citations, les mixe à d’autres, les laisse s’envoler. Ses mains, jamais démonstratives, caressent le clavier, inventent des contrepoints plutôt que des accords, et font sortir des sons qui résonnent longtemps, non par leur volume, mais par la puissance de leurs harmonies. Ainsi il emmène le public d’humeur en enthousiasme, gai, emporté, soudain déchirant, puis comme nostalgique, dans ses compositions comme dans ses reprises. Cadeau suprême, il jour trois fois Marseille, composition titre de son dernier album. Mina Agossi le chante, en français, en anglais, puis Abd Al Malik vient le déclamer, le scander, le poétiser. Une rencontre de générations musicales qui outrepasse toutes les frontières des Continents !

AGNÈS FRESCHEL
Juillet 2017
Le concert Marseille a eu lieu les 12 et 13 juin à l’Opéra de Marseille dans le cadre de Marseille Heure jazz, prélude au Marseille Jazz des 5 Continents

À venir (voir détails Zib 108)

Sons of Kemet
19 juillet La Friche

Brandford Marsalis 4tet/Kurt Elling
20 juillet Théâtre Silvain

Guillaume Perret
Cyril Achard & Géraldine Laurent
Piers Faccini
, Yonathan Avishaï
22 juillet au MuCEM

Nguyên Lê & Ngô Hông Quang
Norah Jones
24 juillet au Palais Longchamp (Complet)

Robert Glasper
Kamasi Washington
25  juillet au Palais Longchamp

Ana Popovic
Taj Mahal & Keb’ Mo’ Band
26 juillet au Palais Longchamp

Imany
George Benson
27 juillet Palais Longchamp

Émile Parisien/Vincent Peirani
Herbie Hancock
28 juillet au Palais Longchamp

Tony Allen Quartet
Roy Ayers Band, Seun Kuti & Egypt 80
29 juillet au Palais Longchamp

Photographie : Ahmad Jamal © Justine Hamy – Marseille Jazz cinq continents