Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Les Filles aux mains jaunes, merveille du Dynamo Théâtre

Manifeste féministe

• 17 octobre 2014, 7 mars 2015 •
Les Filles aux mains jaunes, merveille du Dynamo Théâtre - Zibeline

Le Dynamo Théâtre poursuit dans cette création son travail sur la figure féminine –après Va jusqu’où tu pourras, Vivre ! comédie féminine…-, ainsi que son compagnonnage avec l’écrivain Michel Bellier, auteur associé à la compagnie. Et c’est heureux ! Car cette pièce, Les Filles aux mains jaunes, est une merveille de théâtre !

Tout est juste dans cette évocation de la condition féminine d’une époque pour le moins bouleversée, celle de la Grande Guerre, durant laquelle les femmes, filles, sœurs de soldats devinrent les «obusettes», les «munitionnettes», les «cartouchettes» de l’armée, images magnifiques d’une dévotion sans bornes, héroïnes dévouées à l’effort de guerre… au mépris de leur santé, et de leurs droits. L’histoire est connue, bien sûr, mais elle ici relatée à la périphérie, et se concentre sur quatre de ces femmes dont on va connaître le quotidien, qui vont se raconter dans les détails de leur vie. 3 d’entre elles sont droites devant leurs machines, leur appliquant des gestes mille fois répétés, ne vivant que dans l’espoir d’un retour du front de leurs hommes. Mais voilà qu’une 4e arrive, jeune suffragette qui va petit à petit leur apporter un souffle de liberté et leur faire trouver une place qu’elles n’avaient pas encore. «Notre force s’arrête où commence notre peur !» Pour ces femmes qui n’envisagent la vie que par les hommes, le choc est rude ; mais salvateur. Car c’est bien au début d’une émancipation féminine qu’on assiste, aux prémices d’une révolution sociale, du droit de vote à l’égalité des salaires…

La mise en scène de Joëlle Cattino fait la part belle à l’écriture ciselée, sans pathos, de Michel Bellier et au jeu incroyable des quatre magnifiques comédiennes (Valérie Bauchau, Céline Delbecq, Anne Sylvain et Blanche Van Hyfte) qu’accompagne le violoncelliste Jean-Philippe Feiss ; la scénographie, simple et graphique, dans une esthétique qui rappelle le cinéma expressionniste des années 20, évoque à la fois l’usine, les tranchées (subtil !), et la rue de laquelle part la clameur, la prise de parole qui enflammera durablement la société française.

Il est maintenant à espérer que ce spectacle soit visible sur des scènes proches de chez nous…

DOMINIQUE MARÇON
Novembre 2014

Les Filles aux mains jaunes a été créé au Sémaphore, Port-de-Bouc, le 17 octobre

À venir :

le 7 mars
Théâtre Comoedia, Aubagne

Photo : Les Filles… c Isabelle Gachet

 


Théâtre Comoedia
Cours Maréchal Foch
Rue des Coquières
13400 Aubagne
04 42 18 19 88
http://www.aubagne.fr/fr/services/sortir-se-cultiver/theatre-comoedia.html


Théâtre le Sémaphore
Centre Culturel
rue Turenne
13110 Port-de-Bouc
04 42 06 39 09
www.theatre-semaphore