Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Retour sur les œuvres de Norman Mailer et les premiers hipsters blancs

Les enfants terribles du XXe siècle

Retour sur les œuvres de Norman Mailer et les premiers hipsters blancs - Zibeline

Dans sa collection Galaxie dédiée aux « amateurs de littérature agitée », Le Castor Astral présente John Dos Passos (à paraître), H. G. Wells, le psychothérapeute Cyrille Cahen ou encore « l’enfant terrible de la littérature nord-américaine » Norman Mailer. Rien d’étonnant donc à découvrir un texte jusqu’ici inédit en français, Hipsters, Le Nègre blanc, publié en 1957, quelques semaines avant Sur la route de Kerouac. Son essai sur la culture alternative américaine dresse le portrait des premiers hipsters blancs apparus dès les années 50 dans une société où la ségrégation raciale sévissait dans le Sud, mais aussi dans le Nord ! La lecture est complexe au vu des circonvolutions des « réflexions superficielles » posées sur le papier par le cofondateur du Village Voice « dans la peur de ne plus être un écrivain ». Heureusement, l’avant-propos de Bruno Blum, traducteur et spécialiste de la culture rock, l’éclaire par la contextualisation historique, politique et sociétale des « aventuriers urbains » comme les qualifiait le romancier. Car son discours nécessite plusieurs décodages, notamment sémantique sur les différentes utilisations des termes Noir, Black, Negro, Nigger, Colored ; sur les racines de la contre-culture des années 60, l’existentialisme en France, l’inconscient et le subconscient, le dialogue entre l’athée et le mystique… Avant de refermer notre plongée au cœur d’un « ouvrage visionnaire, de nature prophétique » selon Bruno Blum, les réflexions sur le Hip de Jean Malaquais et Ned Polsky comme le dialogue de Richard G. Stern avec Norman Mailer sont une feuille de lecture indispensable. Sans oublier les notes et références du traducteur et de l’éditeur sur une génération qui a voulu « fuir l’ennui par peur de la nausée qu’il procure et de s’extraire du piège tendu par la société totalitaire américaine ».

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Avril 2018

Hipsters, Le Nègre blanc
Norman Mailer

Traduit de l’américain par Bruno Blum, éd. Le Castor Astral, collection Galaxie, 9,90 €.