Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Marie Darrieussecq , Arnaud Cathrine, et Les Beaux Jours

Les beaux jours en tandem

Marie Darrieussecq , Arnaud Cathrine, et Les Beaux Jours - Zibeline

En relation avec l’opération MP 2018 Quel amour ! et dans le cadre de Oh les beaux jours ! il a été proposé à Marie Darrieussecq et Arnaud Cathrine d’arpenter les collections de six musées de Marseille, d’y choisir des œuvres qui les interpellent puis d’écrire à propos de ces objets. Les deux auteurs se sont lancés joyeusement dans l’aventure : une semaine de visites et de découvertes, d’étonnement et de rires des deux complices, qu’on imagine presque courant et se cachant dans les musées pour mieux se surprendre ! Légèreté, sourires, humour, créativité étaient de mise. Ils disent tous les deux être partis de coups de cœur. Restait à faire fonctionner leur imaginaire qui n’est pas en peine. Ainsi, au Mucem, avec les photos des pièces choisies projetées en fond de scène, ils ont lu tour à tour, ou parfois le même texte composé à deux voix – dans lequel ils avouent ne plus savoir vraiment où sont les parts de l’un et de l’autre. Le rêve d’André Marchand (1944) a provoqué le regard d’un peintre sur son amoureuse endormie ; les flacons du musée Borely inspirent un texte sur la trahison de l’amour et la jalousie. Arnaud Cathrine s’est intéressé aux différentes stratégies de rencontre : les cartons colorés et collés de Vasarely ont évoqué l’univers des petites annonces sur les sites (il a donné de sa personne en s’y inscrivant lui-même et déclaré avoir parfois gardé intacts les messages) ; Le Sphinx du Mucem, automate distributeur de cartes de voyance, a déclenché les confidences du rédacteur des prévisions de rencontres, qui lui-même n’a jamais été aimé et vit des histoires d’amour par procuration. Quant à Marie Darrieussecq elle a été captée par le regard d’acier de Marie Tudor sur une peinture anonyme du XVIe, « presque douce » quand elle dort, et a évoqué la poésie d’Ovide à propos d’une stèle funéraire sur laquelle, chose rare, une femme avait fait graver son amour pour son défunt mari. Enfin la sensualité épanouie du Sommeil de Pomone de Gilles Garcin, très belle huile du XVIIe, les a tous deux terriblement inspirés ; leurs textes s’emmêlent amoureusement, le désir emplit l’espace et prend une dimension contemporaine si proche. Vraiment, le moment de la restitution de ces textes écrits séparément ou en duo a été un pur partage de bonheur. Il a permis aussi de pénétrer dans les coulisses de la création…

CHRIS BOURGUE
Juin 2018

À quoi tu rêves par Marie Darrieussecq et Arnaud Cathrine au Mucem (Marseille) le 26 mai dans le cadre de Oh les beaux jours !
Les textes réunis en livret sont distribués dans les musées qui détiennent les œuvres jusque fin août

Photographie : Marie Darrieussecq et Arnaud Cathrine devant Marie Tudor © Chris Bourgue


Mucem
Môle J4
13002 Marseille
04 84 35 13 13
mucem.org