Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

BD en live au festival littéraire de Marseille Oh les beaux jours !

Les Beaux jours du 9e art

BD en live au festival littéraire de Marseille Oh les beaux jours ! - Zibeline

Oh les beaux jours ! a su réserver une place de choix à la bande dessinée, dont personne n’oserait plus dire aujourd’hui qu’elle est un art mineur. Surtout lorsqu’elle tutoie les chefs-d’œuvre de la littérature. Ainsi c’est sur 1984 d’Orwell (dont la nouvelle traduction par Josée Kamoun vient de paraître chez Gallimard) que le dessinateur Alfred a été cette année invité à plancher, c’est le cas de le dire, pour le grand concert dessiné du festival. 1+9+8+4 est donc un hommage à Orwell, à l’ambiance oppressante de sa célèbre dystopie. Sur scène ils sont quatre à manier en direct feutres et crayons sous la houlette d’Alfred : Mathilde Domecq, Richard Guérineau, Benoît Guillaume, Laureline Mattiussi. Planche après planche, l’univers orwellien prend forme tandis que résonne l’électro planante, et très eighties, de Yan Wagner et son trio. La BO de la BD se réalise en live, en léger décalé souvent, en une symbiose envoûtante parfois. Et c’est magie de voir le ballet de ces mains, habiles à faire resurgir un monde, une histoire, en quelques traits. Lorsqu’à la fin Alfred fait défiler les planches et que, revisitant le slogan de Big Brother, il trace OLBJ is loving you, c’est l’ovation. Evidemment.

Une autre manière d’inviter le 9e art au festival a été de faire connaître, grâce à des conférences dessinées, La Petite Bédéthèque des savoirs (éditions Le Lombard), une collection de bandes dessinées didactiques qui explore tous les domaines des sciences humaines, de l’intelligence artificielle aux Zombies, en passant par le tatouage, les droits de l’homme ou le libéralisme… Un spécialiste s’associe à un bédéiste dans une démarche savante et ludique à la fois. Certains de ces duos étaient à Marseille. C’est ainsi qu’on a pu assister à une conférence sur le féminisme dans l’un des nouveaux lieux du festival, la salle des Rotatives (où s’imprimait naguère La Marseillaise), un lieu atypique, transformé pour quelques jours en bar-restaurant, salle de spectacle et même dance floor. Sur la petite scène, Anne-Charlotte Husson, docteure en sciences du langage, s’interroge : Pourquoi la parole des femmes devient-elle audible ? Tandis que Thomas Mathieu illustre ses propos, elle revient sur l’histoire du féminisme avant de rappeler, exemples à l’appui, combien « le privé est politique » et continue d’infuser les luttes féministes. Elle conclura sur les défis des féminismes et le danger du mainstream avant de laisser la parole au public. Discours vif, illustrations parlantes, le pari est gagné : les lycéens, nombreux dans la salle, sont captivés.

FRED ROBERT
Juin 2018

Le festival Oh les beaux jours ! a eu lieu à Marseille du 22 au 27 mai

Photo : La salle de la Rotative pendant le festival © Nicolas Serve