Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Le nouveau roman d'Ivan Jablonka : le monde vu depuis un camping-car

L’apprentissage du bonheur

Le nouveau roman d'Ivan Jablonka : le monde vu depuis un camping-car - Zibeline

« Soyez heureux ! » Le récit d’Ivan Jablonka commence par cette injonction hurlée par le père à ses fils lors d’un séjour au Maroc en camping-car. Durant les vacances et souvent accompagnée d’amis, la famille avait l’habitude de sillonner les routes avec un Combi VW. Dans sa bulle itinérante, elle bivouaquait dans des « spots de rêve » hors des sentiers battus, de Corse en Turquie, du Portugal en Italie, de la Grèce au Maroc ou en Sicile. Robinsonnades, baignades dans la tiédeur de la Méditerranée, parties de tarot, visites de vestiges antiques et autres lieux culturels étaient son quotidien durant la parenthèse estivale.

« Historien de l’enfance, j’ai voulu évoquer la mienne en historien » confie Jablonka. En effet, l’originalité de ce récit réside en partie dans sa construction. L’auteur ne fait pas appel uniquement à ses souvenirs comme s’il s’agissait une autobiographie mais il bâtit son ouvrage à la façon d’un essai historique. Il interroge les témoins, les acteurs de ces périples en camping-car, consulte ses « archives de soi » : le journal de bord qu’il tenait lors des voyages et les multiples petits objets rapportés en souvenir qui dorment dans un tiroir comme, par exemple, trois bonbons en verre de Murano ou des fioles remplies de sable de diverses plages. Enfin, l’auteur ajoute des notices de contextualisation afin d’esquisser le portrait d’une époque, dans laquelle se déroulaient ces voyages.

En restant à mi-chemin entre le récit d’apprentissage et la socio-histoire sur les années 80, Ivan Jablonka exprime la gratitude qu’il nourrit envers ses parents qui lui ont offert ces étés de liberté. « Le camping-car a été pur sentiment d’exister, droit au bonheur. » écrit-il. En lisant cela, son père, celui dont l’enfance avait été broyée par la mort de ses parents en déportation et qui hurlait à ses propres fils « Soyez heureux ! » est sans doute rassuré aujourd’hui.

CAROLINE GERARD
Mars 2018

En camping car  Ivan Jablonka
Le Seuil  17 €