Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Le festival de Martigues : une tradition bien vivante

L’an prochain trente ans !

Le festival de Martigues : une tradition bien vivante - Zibeline

La vingt-neuvième édition du Festival de Martigues s’achève, poésie délicieuse de la scène sur le canal, rappel de la soirée d’ouverture, avec une grande caisse prête à emporter les artistes… Rite des costumes des différents pays endossés par les deux complices Sarah Games et Sébastien Marty-Dessus, mots de bienvenue, dans la langue des pays invités, pas de danse  esquissés, présentations riches, nourries de détails et d’anecdotes ; Incidemment, ils glissent des recettes : l’urine de renne est idéale pour fixer la couleur des vêtements.

Le folklore un art poussiéreux du passé ? Chaque année, le festival de Martigues offre la plus brillante démonstration du contraire ! On a ainsi pu applaudir La dame Blanche, Yaite Ramos Rodriguez, sa voix prenante, son groove, qui s’est conjugué avec une belle énergie avec les chanteuses de l’ensemble Camagua de Cuba (le 27 juillet), la vivacité des danseurs de ce groupe, sa dynamique inventivité et sa danse des cordelles si proche de la danse provençale, les acrobatiques performances de Balkaria (de la Kabardino-Balkarie), l’ours fédérateur de Bolivie (Adaf Bolivia), les danseurs du Kamchatka (Eygunichvin) et leurs chaussures en peau de phoque, la danse du dragon de Taïwan (Fang-Shiang), les couleurs symboliques de la Nouvelle-Zélande (Whiteria), le talent de tous ces troupes qui portent un regard neuf sur l’héritage de leurs pays, de leurs régions. Particulièrement appréciée fut la belle performance de la Matelote par une  Capoulière aux évolutions parfaitement réglées. Le village offrait ses concerts gratuits, ses démonstrations, ses tablées conviviales, la salle du Grès ses stages… la ville entière a vécu comme tous les ans depuis presque trente ans au rythme de son festival.

Malgré le mistral, une édition réussie !

10.050 personnes ont été totalisées pour les sept soirées au Canal, soit une fréquentation stable et même en légère hausse par rapport à 2016, et les animations et concerts gratuits au village, sur la Place Mirabeau, à la cour du Théâtre des Salins ont obtenu des jauges combles. Le succès du Festival tient aussi à l’implication sans faille de ses bénévoles, 430 cette année, dont 101 familles d’accueil qui s’occupent du linge des artistes, (lavage, repassage des costumes), de leur hébergement, des petits déjeuners, des transports… et des liens d’amitié se créent, solides… L’amitié entre les peuples n’est pas un vain mot !

Le festival, dirigé avec maestria par Marc Péron, bénéficie aussi du soutien sans faille des institutions, en premier lieu la Ville de Martigues, le Conseil départemental 13, la Région PACA, et le Club des Partenaires qui réunit 20 sociétés de Marseille à l’ouest du département. L’indéniable qualité de cette merveilleuse manifestation justifie amplement le renouvellement année après année de cette confiance.

On attend le trentième anniversaire avec impatience ! La scène du Canal Saint-Sébastien a encore de belles pages à écrire !

MARYVONNE COLOMBANI
Août 2017

Le Festival de Martigues, danses, musiques et voix du monde s’est tenu du 22 au 29 juillet.

Photographie © MC