Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

La deuxième personne, de Sayed Kashua

La Sonate à Kreutzer

La deuxième personne, de Sayed Kashua - Zibeline

Arabe israélien, Sayed Kashua appartient à cette minorité déchirée par sa double origine, «écartelée entre sa loyauté à l’État d’Israël et sa fidélité au peuple palestinien». Son livre La deuxième personne n’échappe pas à cette question identitaire qui habite à des degrés divers les deux personnages phare. L’un, nommé «l’avocat», victime d’une jalousie dévastatrice, remonte le cours du temps à la recherche d’un supposé amant de sa femme ; il est Arabe, parle l’hébreu couramment et vit dans le quartier juif de Jérusalem. L’autre, jeune travailleur social dont on connaîtra le nom tardivement, est Arabe lui aussi ; loin de son village natal, il va prendre progressivement l’identité d’un jeune tétraplégique Juif ashkénaze dont il s’occupe, Yonathan Forschmidt. À la manière d’un géomètre décrivant la topographie inextricable de Jérusalem, l’auteur raconte ce dédale de destins croisés : le ton est sec, le style méticuleux, les détails abondants. Quitte à piéger le lecteur dans un lacis d’informations qui brouille l’écheveau narratif… Sayed Kashua tend le miroir à cette ville complexe, Jérusalem, découpée entre parties orientale et occidentale, Arabes et Israéliens, où même les diplômes, les transports, les cartes d’identité et les relations sont un casse-tête permanent. Jusque dans sa forme, La deuxième personne est double, construit autour de deux vies parallèles, dans une ville aux deux visages. L’intrigue, finalement, a peu d’importance. Ce sont les questionnements sur l’appartenance sociale, l’honneur, la patrie, les traditions, les filiations, la famille, l’émancipation qui font le ciment du récit. Et la littérature, omniprésente chez les protagonistes que la lecture de La Sonate à Kreutzer conduira un jour à se rencontrer.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI

Octobre 2012

 

La deuxième personne

Sayed Kashua

L’Olivier, 23 €

 

L’ouvrage recevra le Prix des lecteurs du Var  à la Fête du livre de Toulon le 16 novembre à 15h en présence de l’auteur et du Président du jury, Malek Chebel. Une discussion avec Sayed Kashua, suivie d’une lecture par Clémentine Célarié, est organisée le 17 novembre à 17h.