Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Un Poyo Rojo, de la danse, du rire, de l'émotion au Jeu de Paume

La danse des coqs

• 7 novembre 2017⇒11 novembre 2017 •
Un Poyo Rojo, de la danse, du rire, de l'émotion au Jeu de Paume - Zibeline

Un Poyo Rojo, mis en scène et en lumières par Hermes Gaido, tourne avec un succès jamais démenti depuis sa création en 2008 à Buenos Aires. Présenté au départ comme spectacle de variétés, aujourd’hui sous le terme de Théâtre Physique, le duo doit son nom à ses fondateurs, Nicolás Poggi  (Poyo) et Luciano Rosso (Rojo), raconte en souriant ce dernier qui rappelle la conception de ce petit bijou, né de leurs jeux amoureux. « Un Coq Rouge » échappe à toute catégorisation, et c’est aussi une partie de son charme. Les deux protagonistes, Alfonso Barόn et Luciano Rosso se retrouvent dans les vestiaires d’une salle de sport, se mesurent, se provoquent, se lancent dans les démonstrations de leurs talents, à travers une déclinaison des diverses grammaires de la danse, classique, contemporaine, jazz, hip-hop, flamenco, en un jeu fluide où la prouesse gymnique n’est jamais gratuite, le mime et le décalage potache et humoristique toujours sous-jacents. Tout joue, avec une maîtrise consommée, du bout des pieds aux sourcils ! On se délecte de la parodie de mort du cygne digne d’une Maïa Plissetskaïa, du glissement entre les genres, des superbes portés de danse aux évolutions acrobatiques, jusqu’aux sports de combat. L’esthétique du cartoon, un écho de Panthère Rose, d’animalerie d’un vieux Tex Avery, nourrit chorégraphie et  intrigue théâtrale (comment les séparer ?) de rivalité juvénile et de séduction. L’improvisation sans cesse renouvelée contribue à garder la légèreté, l’émotion, la fraîcheur de cette pièce atypique. Au milieu du spectacle, l’un d’entre eux allume la radio, « il est 21 heures »… zappe sur les différentes stations ; les passages des journaux radiophoniques, glanés çà et là, accordent un caractère surréaliste aux informations réelles mais dissociées de leur contexte et intégrées dans la scénographie. Les fragments musicaux autorisent inventions facétieuses et expressions hilarantes, l’ensemble emporté dans un rythme alerte et sans failles où la compétition cède finalement le pas au désir, à l’union. La force expressive des deux artistes, danseurs, comédiens, humoristes, permet d’établir d’emblée une complicité joyeuse et émue avec un public séduit. En bonus, Luciano Rosso, roi du Play Back en Argentine nous offre son interprétation de Éblouie par la nuit de Zaz, un grand moment !ishkamichocka.com (3)

MARYVONNE COLOMBANI
Novembre 2017

Du 7 au 11 novembre, Jeu de Paume, Aix-en-Provence
08 2013 2013 lestheatres.net

Photographies© ishkamichocka


Théâtre du jeu de Paume
17, 21 rue de l’Opéra
13100 Aix-en-Provence
08 2013 2013
http://www.lestheatres.net/