Laurent Bonneau et Gauz en rencontre croisée à la librairie La Réserve à Bulles

« Jazz et vin de palme ! »Lu par Zibeline

• 25 mars 2016 •
Laurent Bonneau et Gauz en rencontre croisée à la librairie La Réserve à Bulles - Zibeline

Dans le cadre de sa résidence d’auteur à Peuple et Culture Marseille, Gauz jouait sa dernière carte blanche en recevant Laurent Bonneau vendredi 25 mars à la Réserve à Bulles

« Un ravissement » ! Gauz ne mâche pas ses mots devant le choc esthétique que représente la bande dessinée Nouvelles Graphiques d’Afrique de Laurent Bonneau, et pour cause ! Voilà un ensemble de nouvelles littéraires, politiques, plastiques dont on dévore à fond de train le texte, le son des phrases, des phrases qui sonnent comme des punch lines :  « Avant de penser au mois prochain, il faut que demain soit assuré »… « Est-ce seulement possible de photographier la patience de ceux qui attendent toute leur vie »… Loin de l’exotisme et de la fascination, des emprises et des clichés d’avant, cette œuvre porte en elle un regard singulier, un geste de sincérité et de recul, la clameur d’une nouvelle génération de part et d’autre de la Méditerranée. Chaque récit est un mouvement, un enchevêtrement de bonnes et de fausses pistes, où ce qui ne se dit pas, ce qui se loge entre les mots et les dessins est le plus fort, où les frontières arbitraires tracées par les ex pays colons volent en éclat laissant place à un monde liant et ouvert. Tantôt muettes, tantôt gimmicks, tantôt binaires telles des cartes postales, les images composent un deuxième niveau de narration, convoquent avec acuité différentes techniques en fonction du sujet, pastel gras, feutre, bic… pour saisir au plus juste la chaleur, la poussière, l’eau, l’humanité. Mention spéciale pour la nouvelle RFI qui met en exergue la prédominance d’une information radiophonique occidentalo-centrée que Gauz tourne en dérision en l’affublant d’un : « Radio Foutaises Internationales ». Seul bémol, le titre Nouvelles Graphiques d’Afrique auquel il lui substitue en un tour de main « Jazz et vin de palme », en référence à Emmanuel Dongala.

Gauz évoque ensuite son roman à venir, qui questionne le vécu d’un homme ordinaire parti d’un village de France pour l’Afrique de l’Ouest en 1891. L’idée, c’est de parler de ce que la colonisation tait. À titre d’exemple, le traité fallacieux grâce auquel Pierre Savorgnan de Brazza usurpa le royaume Tio (Congo-Brazzaville) au roi Makoko de Mbé en 1880, consacrant la présence française dans cette région, au temps de l’équivoque « mission civilisatrice » de Jules Ferry…

MARION CORDIER
Avril 2016

Debout-payé
Gauz
Le Livre de Poche, 6,60 € 

Nouvelles graphiques d’Afrique
Laurent Bonneau
Des ronds dans l’O, 25 €

photo : Rencontre croisée Bonneau Gauz © joseph Richard-Cochet

La Réserve à Bulles
76 Rue 3 Frères Barthélémy
13006 Marseille
04 91 53 28 91
http://www.reserveabulles.com/librairie/