Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Un 3ème Gréoux Jazz Festival de haute volée

Jazz au masculin

Un 3ème Gréoux Jazz Festival de haute volée - Zibeline

C’est incontestable, la programmation du troisième festival de Gréoux est d’une belle qualité et le hisse au niveau de ses aînés. Jean-Pierre Baux, adjoint au tourisme de la ville, hante les lieux de jazz les plus prestigieux pour une récolte de choix qui sait mêler groupes parisiens découverts à La Huchette, entre autres lieux emblématiques, et groupes de la région, tout aussi talentueux et masculins. Pas l’ombre d’une présence féminine parmi tous ces musiciens ! Certes, le jazz n’est pas connu pour son féminisme, mais cette totale absence est bien étonnante, et le critère de la qualité ne peut être invoqué dans l’arbitrage des choix effectués ! Sans doute y a-t-il la volonté de plaire à un public qui apprécie les formes « classiques » du jazz, par des répertoires certes variés, mais fortement inscrits dans une période donnée ? Quoi qu’il en soit, du 6 au 10 septembre, la placette Pauline (faites-vous raconter son histoire !) et la scène du Centre des congrès L’Étoile, ont été investies par les groupes et un public nombreux. Zibeline a suivi une grande partie de ces évènements griséliens.

Un goût de Brésil

Gréoux avait cultivé la fibre brésilienne cet été ; on se souvient du soleil de Gréoux de Janeiro. Un écho prolongeait la saison avec le concert du Paris Gadjo Club qui adaptait les standards du répertoire brésilien aux accents du jazz manouche. Enjoué, drôle, triste, le choro dans tous ses états prend un style « gitano » sur des compositions de Jacob de Bandolim qualifié l’« Edith Piaf du Brésil », Ernesto Nazareth, Pinxinguinha… La clarinette de Pierre-Luis Cas connaît de superbes envolées lyriques, les guitares de Nicolas Montier et Christophe Davot rivalisent d’inventivité dans leurs improvisations.  Espiègles, les musiciens intègrent à leurs lignes musicales des allusions à d’autres univers, on reconnaît ici un thème de Pierre et le loup, là, celui de In the Hall of the Mountain King de Grieg (repris dans Inspecteur Gadget !)… le tout rythmé par l’imperturbable contrebasse de Laurent Vanhee. Adroitement les classiques et la pop se rencontrent, une Bossa Nova d’Antonio Jobin, un air de Django Reinhardt, et Abba, avec Money, money, money ! Douceur de la lumière tamisée de The lamp is low de Peter DeRose et Bert Shefter, ou du Manoir de mes rêves de Django… tout en suave délicatesse.

Un air d’été

La placette Pauline, ainsi nommée en raison du séjour de Pauline Borghèse à Gréoux-les-Bains qui aurait abrité ses amours avec le comte Auguste Forbin, accueillit la verve joyeuse de La Bande à Bruzzo, saxophoniste soprano, accompagné par la guitare de Guy Mornand, la contrebasse de Bernard Abeille, la batterie d’Alain Manouk et le trombone de Daniel Barda. Pas d’inconnu dans le casting, efficace, rodé, pour un jazz New Orleans de haute volée ! Ce groupe de la région PACA offre sa vivacité, sa bonne humeur, en de larges envols scandés par une foule dense de spectateurs conquis.

Swing roiSwingin'affair gréoux

Quel rendez-vous donné par Swingin’ Affair! Reprenant le titre du douzième album de Franck Sinatra, ce quartet aux sonorités brillantes s’empare du répertoire de Glen Miller, Miles Davis, Count Basie, Duke Elligton, et en offre un florilège pétillant. Dans la tradition des duos/ duels de saxophones de Eddie Davis et Johnny Griffin, Olivier Defays et Philippe Chagne s’affrontent, complices, aux côtés de François Laudet à la batterie et Patrice Galas à l’orge Hammond. Cette jeune formation, fondée il y a six mois à La Huchette, présente une musique qui danse, légère, grisante, qui, avec Count Basie, « gratouille les orteils », (Tickle Toe), fait briller les bas (Shiny stockings) ou regrette le poète du jazz que fut Nougaro avec Mon disque d’été (For Lena and Lennie de Gerry Mulligan)… Les arrangements des deux saxophonistes pulsent en diable. Un régal !

Club des Rats !

En hommage au Rat Pack (littéralement « Club des Rats », qui réunissait les artistes les plus en vue d’Hollywood dans les années 50) les chanteurs Nans Sciaky, Laurent Bœuf et Gilbert Cassand interprètent les standards de Franck Sinatra, Samy Davis, Dean Martin… Cheek to cheek, Night and day, Flying to the moon, What now my love…. Les voix se croisent, se répondent, se font solistes, se retrouvent, dans des tempi soutenus par le Big Band d’Aubagne qui allie justesse, éclat des cuivres, pulse des percussions et de la guitare électrique… La formation dirigée par le trompettiste Daniel Scaturro apporte le bonheur trop rare d’un grand orchestre de jazz. On peut sans doute regretter le choix d’un piano électrique alors qu’un piano de concert était à disposition, le son étant trop souvent couvert par l’orchestre, alors que les solos de l’instrumentiste laissaient supposer d’intelligentes variations lors des ensembles… on gardera en mémoire le New York New York particulièrement vibrant, l’humour de potache, l’allant qui fit se lever la salle ! Big band Aubagne c Patrick Bourcelot

Lier culture et tourisme, ne pas se cantonner au seul thermalisme, le pari culturel de la ville de Gréoux-les-Bains est ici réussi, porté par l’association Festi Gréoux, son président, Patrick Bourcelot et sa remarquable équipe de bénévoles.

MARYVONNE COLOMBANI
Septembre 2017

Du 06 au 10 septembre
Divers lieux, Gréoux-les-Bains

Photographies © Patrick Bourcelot