La palme des controverses d'Alain Rival et Patrice Levang, aux Éditions Quæ : tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'huile de palme, sans jamais oser le demander

Huile brûlanteLu par Zibeline

La palme des controverses d'Alain Rival et Patrice Levang, aux Éditions Quæ : tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l'huile de palme, sans jamais oser le demander - Zibeline

L’huile de palme que l’on consomme en grandes quantités un peu partout dans le monde est produite principalement dans les zones tropicales humides d’Afrique et d’Asie… où sa culture intensive fait des ravages écologiques, tout en servant parfois de levier de développement économique. Plante miracle pour les uns, menace pour les autres : le palmier à huile déchaîne les passions, souvent sans que le grand public obtienne suffisamment d’éléments pour se faire une opinion éclairée. Le bien nommé ouvrage La palme des controverses arrive à point pour dévoiler les enjeux d’une espèce cultivée dès l’Égypte ancienne, entraînée par les agro-industries modernes dans la course folle de la mondialisation.

Alain Rival est correspondant au Cirad (Centre de recherche agronomique pour le développement), Patrice Levang directeur de recherche à l’IRD (Institut de recherche pour le développement) ; ils s’attachent à mettre à plat quelques idées reçues dans ce petit livre très complet. On apprend ainsi que l’huile de palme est néfaste pour la santé si elle est consommée dans le cadre d’un régime déséquilibré impliquant sédentarisation et excès de viande, alors qu’elle est compatible avec un mode de vie plus frugal.

Les deux auteurs expliquent également, chiffres à l’appui, que «boycotter l’huile de palme n’a que peu de sens, si pour la remplacer on convertit huit fois plus de forêts en champ de soja ou de tournesol». Face à une demande toujours croissante de corps gras et aux exigences de rentabilité, il existe des pistes pour minimiser un impact environnemental terrible : planter le palmier sur de petites parcelles crée plus d’emploi et nuit moins à la biodiversité, de même que l’adoption de techniques agro-forestières et la pratique des mosaïques paysagères. La planification écologique permet de préserver des zones de conservation de la faune et la flore et de les connecter entres elles. Des semences de meilleure qualité améliorent le rendement, évitant l’extension des défrichages, utiliser du compost réduit l’apport en engrais minéraux ou organiques, tandis que valoriser le méthane produit par les huileries sous forme de biogaz diversifie les ressources économiques des producteurs.

Si Alain Rival et Patrice Levang estiment qu’il «n’est désormais plus question de stopper l’expansion du palmier à huile mais de la contrôler intelligemment», ils apportent cependant deux nouvelles encourageantes : «l’amélioration variétale progresse sans faire appel aux OGM», et le passage au bio est facilité car la culture du palmier à huile emploie peu de pesticides.

GAËLLE CLOAREC
Décembre 2013

La palme des controverses
Alain Rival
et Patrice Levang
Éditions Quæ, 15 €