Vu par Zibeline

Trace(s) mis en scène magnifiquement par Agnès Pétreau

Géographie intime

• 7 novembre 2013, 21 novembre 2013, 6 décembre 2013 •
Trace(s) mis en scène magnifiquement par Agnès Pétreau - Zibeline

Elle s’appelle Diane Marin, et comme un vilain petit canard, ne ressemble pas à ses géniteurs, d’où les sous-entendus, les remarques, les non-dits… en fait, il n’y a pas de secret honteux, c’est tout simplement comme ça, Diane a les cheveux noirs et un teint du sud et ses parents non. La biologie affectionne parfois les surprises. Sa vie, elle va la passer à se réconcilier avec elle-même, découvrant et adoptant le sud qui correspond à ses traits et à son nom de voyageuse. La trace, les traces, infimes, seraient celles du visage atypique pour une vosgienne, suffisantes pour rechercher une identité ailleurs, Sicile, Maroc, Afrique… la mort brutale des parents empêchant toute discussion… Trace(s), le texte de Sabine Tamisier écrit pour Agnès Pétreau, connaît de très beaux moments, avec un phrasé qui affectionne les suspensions, les ellipses, les incises en anaphore, «il dit»… esthétique de l’inachèvement qui laisse et au spectateur et à l’actrice le délice de l’incertitude, du doute, avec toute sa force d’évocation, comme une intrusion dans la conscience du personnage en train de se construire par tâtonnements. On retrouve le rythme enveloppant de certains passages de La Vache sans herbe, où les mots se remâchent, se ressassent. Point culminant, la scène de l’aéroport de Catane où, «transformée en statue de sel», Diane rate son avion pour la France et part dans une tout autre direction. Sans doute pourrait-on préférer une fin plus ouverte et s’en arrêter là… le texte est en train de s’élaborer, de lecture en lecture. L’accordéon de Pascal Versini accompagne l’actrice, dessine des thèmes, esquisse une ponctuation musicale qui laisse aux mots leur espace. L’ensemble est mis en scène magnifiquement par Agnès Pétreau dans les belles lumières de Jocelyne Rodriguez. Agnès Pétreau souligne que «le texte de Sabine Tamisier va vers le théâtre, à un moment je lâche les feuilles de la lecture» le personnage naît, passionnément.

MARYVONNE COLOMBANI
Novembre 2013

Trace(s) a été joué le 7 novembre au Bois de l’Aune, Aix-en-Provence

À venir

le 21 novembre, Médiathèque, Vitrolles

le 6 décembre, Médiathèque, Trets

04 42 93 85 40

www.aixpaysdaix2013.com


Salle du Bois de l’Aune
1 Place Victor Schoelcher
13090 Aix-en-Provence
04 88 71 74 80
http://www.agglo-paysdaix.fr/culture/bois-de-laune.html