Vu par Zibeline

Des lunettes obligatoires pour ce nouveau type de livre : Anaglyph

En rouge et bleu

• 31 mars 2017⇒4 avril 2017 •
Des lunettes obligatoires pour ce nouveau type de livre : Anaglyph - Zibeline

Nous connaissons les livres pop-up à manipulation tridimensionnelle ou les objets à vision stéréoscopique, les hologrammes, et certains ont pu apprécier la projection en 3D d’Avatar ou de Titanic. Avec le livre Anaglyph de la photographe Mireille Loup, nous tenons entre les mains probablement le premier ouvrage d’artiste photographe qui se feuillette une fois chaussés de lunettes rouge et bleu. Le livre rassemble trois séries utilisant la technique anaglyphe élaborée au 19e siècle par Ducos du Hauron. « , 53.77 » et « Les Fous du Rhône » s’inscrivent dans le travail fictionnel caractéristique de Mireille Loup depuis ses débuts. A l’artifice tridimensionnel, qui pourrait être qu’un simple effet visuel, l’artiste attribue dans ses saynètes à vision en relief une part de leur narration. L’espace profondeur s’immisce comme un acteur virtuel, installe de l’air entre les choses, le paradoxe d’un peu d’invisible dans le visible et par là une forme de distanciation quant à la construction de ses propres images. L’effet est édifiant dans le nostalgique « Le reflet » où s’envolent un livre et une montre à gousset surdimensionnés. Reprenant à son compte un procédé archaïque, Mireille Loup réactive aussi les couches du passé quand s’inventaient les procédés simulant la troisième dimension avec leur part d’illusoire. Christian Gattinoni, un des contributeurs, historien et critique d’art, met en exergue ces « doubles jeux de rôles », tandis que Cécile Camart pour la série « 53.77 » parle de « trappes temporelles ». Nicolas Mavrikakis, à propos de la série «  », reprenant l’historique du projet, se penche sur les enjeux de la mémoire et de la réalité virtuelle. Le dernier travail de la photographe arlésienne répond à une commande du Musée de la Camargue, présentée par sa conservatrice Estelle Rouquette. « Les Fous du Rhône » met en scène cinq personnes dans leur contexte d’élection. On tirera un coup de chapeau à l’éditeur et à sa maquettiste Elisabetta Cavallo qui ont su relever le défi d’une réalisation périlleuse. Une sélection issue de ces trois séries est à voir à la galerie Voies Off, à Arles jusqu’au 4 avril.

CLAUDE LORIN
Mars 2017

Anaglyph, Mireille Loup

Images Plurielles, 25 €