Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Retour sur les Questions de danse à Klap

Éclats du Klap

• 1 octobre 2014⇒24 octobre 2014 •
Retour sur les Questions de danse à Klap - Zibeline

Les Questions de danse avaient commencé fort avec La Barbe bleue et Tutu… et se sont poursuivies dans le même élan.

Convivialité, dialogue, échanges réels avec le public, la recette fait mouche, d’autant que sur scène les propositions les plus diverses se succèdent, toujours généreuses, souvent passionnantes. Et que dans l’entrée les photos d’Agnès Mellon, prises au vif, défilent, butin précieux remémorant les soirées précédentes revisitées par son regard…

Michel Kelemenis présentait Zef !, un travail qu’il a conçu en extérieur, pour le toit du Corbusier. Dans l’espace de son studio il fallait imaginer l’horizon mais le vent était là, passant parmi les jeunes danseurs comme emportés par un souffle, joliment. Explorant comment bouge un individu dans un groupe, accrochant de malicieux sourires aux visages, diffusant la musique directement sur les corps par un dispositif de haut-parleurs portatifs, Zef construit un mouvement commun sans unisson… et plein d’élan !

Autrement plus sombre était Outremer, la pièce de Sébastien Ly déjà remarqué l’an dernier : surgissent de l’obscurité des bouts de corps mouvants, éclairés par bribes, sculpturaux comme de la glaise, mais animés de reptations fluides et constantes. Puis la pièce s’anime et s’éclaire, à peine, et nos regards restent accrochés aux détails… Fascinant !

Peut on grimper sans sommet ? Sans doute ! Tout commence avec le souffle, celui d’Antoine Le Ménestrel qui entre le premier en scène. Puis celui de ses trois compagnons s’amplifie avant d’être accompagné d’un autre, en registré, qui lui donne une dimension symphonique. Explorateurs d’un nouveau monde, vertical, accessible à eux seuls, les corps s’élèvent dans la lenteur, avec une agilité déconcertante, naturelle et fluide… Le mouvement s’alanguit, la main caresse la poutre de métal ou le mur, le corps semble en apesanteur dans les cintres. Suspendus, les danseurs se dévêtent, chemise et pantalon glissent, entraînés par le mouvement. La lumière latérale dessine la musculature parfaite de leurs corps presque nus, créant des images époustouflantes de beauté. Spécialisé dans la danse urbaine de façade, Antoine Le Ménestrel s’oriente désormais vers des endroits clos pour leur donner une dimension nouvelle, poétique. On suit en palpitant ces conquérants d’un autre monde qui s’approprient un espace inaccessible aux mortels qui restent, eux, irrémédiablement au sol.

L’édition 2014 se clôturait par une pièce participative, conçue par le collectif  2 temps 3 mouvements avec un groupe d’amateurs recruté à Marseille. Le pari était relevé avec un beau sens du partage, sans concession : car la pièce commençait par une vraie performance, virtuose, des danseurs professionnels, très athlétiques. Une confrontation avec un corps mou qui s’effondre, s’aplatit, rebondit comme un sac élastique, puis peu à peu entre en dialogue avec un autre qui lui donne un peu de tenue, le rigidifie. Les danseurs sont sans visages et encapuchonnés et quand les autres arrivent sur scène on ne sait plus les distinguer, ils font groupe, corps, répondant à la lettre au titre : Je suis fait du bruit des autres interdit aux amateurs de se donner en spectacle singulier, et leur donne une vraie cohésion de groupe, anonyme. Un beau pari, très réussi.

AGNES FRESCHEL et CHRIS BOURGUE
Novembre 2014

Photo : Outremer,-Cie-Kerman-c-Agnès-Mellon

Les Questions de danse se sont déroulées du 1er au 24 octobre à Klap, Marseille


Klap
Maison pour la Danse
5 rue du Petit Versailles
13003 Marseille
04 96 11 11 20
http://www.kelemenis.fr/