Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Terres du bout du monde sous la plume d’Éric Plamondon

Des saumons et des hommes

Terres du bout du monde sous la plume d’Éric Plamondon - Zibeline

Connaissez-vous la Gaspésie, dont le nom vient de Gespeg, « la fin des terres » en langue autochtone ? Connaissez-vous la Ristigouche ? Éric Plamondon, bien qu’il ait passé toute son enfance au Canada, ne connaissait pas non plus cette péninsule, berceau du débarquement de Jacques Cartier au Nouveau-Monde, ni cette rivière, jusqu’à ce qu’il y fasse un voyage en 2012. Il en est revenu habité de l’histoire de cette région, et des luttes (perdues d’avance ?) du peuple autochtone des Mi’gmaqs pour conserver ses traditions, ses territoires de pêche et de chasse, malgré la sédentarisation, malgré les réserves dans lesquelles on le parque. Il nous livre aujourd’hui Taqawan, un drôle de texte fragmenté en une succession de « courts chapitres qui nous baladent dans la réserve indienne », comme le déclarait ce Québécois de Bordeaux lors d’une passionnante rencontre à la librairie L’Histoire de l’œil*. Pour lui, comme pour l’un de ses écrivains de référence, Richard Brautigan, la littérature doit rester « une zone de liberté absolue » où dessiner le monde de façon éclatée. Histoire d’en rendre toutes les nuances ? Lui ce n’est pas la truite en Amérique (Brautigan est devenu célèbre avec La pêche à la truite en Amérique, paru en 1974), ce serait plutôt le saumon en Gaspésie. Car Taqawan, c’est le nom qu’on donne, en langue mi’gmaq, au saumon qui revient dans sa rivière natale pour la première fois. De saumon, il est ici beaucoup question. Car il est un enjeu de taille dans la région. Culturel, politique, touristique…Dans Taqawan, on croise également Céline Dion, Cléopâtre, le Chieftain 1976 (un modèle de camping-car), la recette de la Miskwessabo (ou soupe aux huîtres) ; on en apprend énormément sur l’histoire de la région (depuis la plus lointaine préhistoire jusqu’aux affrontements violents de 1981). Tout cela sous-tendu par un fil narratif -en mode thriller et en pointillés- qui met en scène des personnages attachants : Océane, une adolescente indienne violentée, Yves, un garde-chasse, Caroline, une institutrice française, William, un autochtone dont l’animal totémique est justement le taqawan… Drôle de genre, mais vrai plaisir de lecture, et belle leçon d’humanité.

FRED ROBERT
Mars 2018

*Éric Plamondon était invité à la librairie L’histoire de l’œil (Marseille) le 19 janvier, avec Anthony Poiraudeau, venu parler de Churchill, Manitoba (éditions Inculte). Une rencontre sous le signe de l’ailleurs et du voyage « loin de tout ».

Taqawan Éric Plamondon
Quidam éditeur, 20 €


Librairie Histoire de l’Oeil
25 Rue Fontange
13006 Marseille
04 91 48 29 92
http://www.histoiredeloeil.com/