Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Sur les traces du flibustier Henry Morgan avec Miguel Bonnefoy

De mélasse et d’or

Sur les traces du flibustier Henry Morgan avec Miguel Bonnefoy - Zibeline

Nourri par ses origines chilienne et vénézuélienne, amoureux des mots, de leur musique et de leurs parfums, inspiré par ses voyages, le très jeune Miguel Bonnefoy a choisi d’écrire en français. Enthousiaste et généreux il avait charmé le public des Correspondances de Manosque en septembre dernier, évoquant la luxuriance des Caraïbes où se déroule son dernier roman. Les premières pages de Sucre noir nous projettent dans un navire échoué dans la mangrove, au milieu de la canopée. C’est celui du célèbre flibustier Henry Morgan qui agonise en fond de cale avec son trésor. Trois siècles plus tard, nous sommes dans un village et ses plantations de cannes à sucre, dans un lieu qu’on suppose au Venezuela mais qui n’est volontairement pas nommé par l’auteur, de même qu’il n’indique aucune date pour garder à son récit quelque chose d’universel et d’intemporel, proche de l’univers de la fable. La famille Otero y vit dans une ferme. La fille, Serena, passionnée de botanique, rêve d’un grand amour. Un jour survient un jeune homme, attiré par la rumeur du trésor enfoui, qui déclare posséder des plans indiquant sa position. D’abord hostile, Serena se rapproche de Severo ; désormais ils partent tous deux en forêt à la recherche de ses trésors : plantes inconnues et coffre rempli d’or. Severo apprend le métier de planteur et épouse la fille. Tous deux développent l’exploitation, créent une distillerie dont la réputation dépasse la frontière. Ils en oublient le trésor du pirate, surtout après avoir recueilli une petite fille sauvée des flammes, Eva Fuego. Vingt ans après, l’enfant fragile devient une maîtresse-femme, autoritaire et riche, crainte par tous. Le pays a changé, on y a trouvé du pétrole, l’or noir, et Eva Fuego porte « le destin des reines ». Miguel Bonnefoy développe dans une langue chatoyante une fiction proche de la réalité sociale du Venezuela qui n’a pas su reconnaître ses vrais trésors, ceux offerts par le travail de la terre, et qui a sombré dans l’inflation.

CHRIS BOURGUE
Mai 2018

Miguel Bonnefoy est actuellement en résidence à Manosque.

Sucre noir
Miguel Bonnefoy
Editions Rivages, 19,50 €