Vu par Zibeline

Cinemed : une 39ème édition de qualité

De Méditerranée

Cinemed : une 39ème édition de qualité - Zibeline

La 39ème édition de Cinemed vient de s’achever. Hommages, rétrospectives, séances spéciales, trésors de la Cinémathèque Française, un ciné concert, sans oublier les voix de la jeune garde du cinéma algérien.

Parmi elles, celle de la jeune cinéaste Sofia Djama, dont le premier long fort réussi, Les Bienheureux, faisait partie des 9 films en compétition pour l’Antigone d’Or. Une journée et une nuit en 2008, deux générations : un couple qui s’est usé et qui, au moment de fêter ses vingt ans de mariage, fait le point ; leur fils qui se cherche avec ses ami-e-s. Le film nous plonge dans Alger et son peuple qui ne voient plus d’avenir, 20 ans après les manifestations d’octobre 1988. Le Jury a reconnu ses qualités lui attribuant sa Mention spéciale et le jury Jeunes le Prix étudiant de la première œuvre.

Deux autres films primés ont pour décor Nazareth et ses embouteillages. Le premier, Holy Air de Shady Srour campe Adam, un Palestinien chrétien d’une quarantaine d’années (qu’il interprète brillamment) qui apprend que sa copine, Lamia (excellente Laëtitia Eïdo), directrice d’un centre d’éducation sexuelle, est enceinte. Abandonnant son travail, ne sachant pas s’il va assumer sa paternité, il a une idée ; aller chercher de l’air saint sur la colline voisine de Précipice, le mettre en fioles qu’il vendra aux touristes religieux ! Regard caustique et drôle sur la situation des Palestiniens chrétiens dans la Galilée israélienne, Holy Air a valu au compositeur Habib Shehadeh Hanna le Prix Jam de la meilleure musique. Dans Wajib d’Annemarie Jacir, on parcourt Nazareth dans tous les sens, parfois coincé dans un embouteillage, en compagnie d’Abu Shadi, professeur, et de son fils Shadi, architecte, (interprétés par Mohammad et Saleh Bakri, réellement père et fils), venu l’aider à remettre en main propre les 340 invitations au mariage de leur fille et sœur à leurs proches, amis et connaissances. On découvre alors des gens très différents, mais aussi les choix de vie du père et du fils. L’un accepte les contraintes de la vie de la minorité palestinienne chrétienne, l’autre a choisi de vivre plus librement, en exil en Italie. Les trajets dans la vieille voiture sont l’occasion de s’expliquer et de régler des comptes. Ce film attachant, tout en nuances et superbement interprété a obtenu le Prix Jeune public des activités sociales de l’énergie.

Manuel, de l’italien Dario Albertini a remporté l’Antigone d’or et le Prix de la critique.

Une 39ème édition de qualité en attendant la 40ème !

ANNIE GAVA
Novembre 2017

Le Festival Cinéma Méditerranéen de Montpellier s’est déroulé du 20 au 28 octobre.

Photographie : (Cinemed) Manuel, de Dario Albertini © Le Pacte