Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Article 353 du code pénal de Tanguy Viel, ou la goutte qui fait déborder le vase

« Cet enfoiré de sa mère ! »

Article 353 du code pénal de Tanguy Viel, ou la goutte qui fait déborder le vase - Zibeline

« Cet enfoiré de sa mère », c’est Antoine Lazenec, un promoteur immobilier véreux, qui a mis sur la paille une petite ville de bord de mer. Beaucoup ont investi dans ce projet chimérique, dans des appartements avec vue imprenable… qui ne verront jamais le jour. Martial Kermeur est de ceux-là : comme si son divorce ne suffisait pas, sa prime de licenciement part ainsi en fumée. Un jour, au comble de l’exaspération, face à une surenchère de mauvaises nouvelles et cette fripouille que rien n’arrête, il commet le pire en le jetant par-dessus le bastingage de son Merry Fisher… C’est irréparable, mais ça soulage ! Le roman commence par ce meurtre, puis remonte aux sources du mal : Martial raconte en détail les événements au juge chargé de son procès. Il vide son sac, déverse des années de frustrations dans un monologue haletant, touchant, sincère : du mari qui joue au loto les mêmes chiffres depuis des années sauf le jour où ils sortent enfin, au père qui défaille à l’occasion d’un incident de manège, Martial est vulnérable, attendrissant, un anti-héros, un monsieur Tout-le-monde, votre voisin, vous peut-être ! Belle réflexion sur la crédulité, la paternité, la justice et l’humanité, le dernier roman de Tanguy Viel surprend, monte en puissance l’air de ne pas y toucher, avec force et élégance. L’écriture est vive, incisive, farceuse, douce-amère ; le propos s’épaissit, se veut de plus en plus profond, de plus en plus cinglant, jusqu’au coup de théâtre final pour mieux nous interroger sur un quotidien qui trop souvent lamine le commun des mortels pris dans la tourmente d’un système économique ogresque, porte ouverte de tous les abus, toutes les dérives. On pense par ricochets aux Nouveaux Sauvages de Damiàn Szifròn, série de courts-métrages mettant en scène des personnages au bout du rouleau, au bord de la crise de nerfs, et qui, ne pouvant avaler une couleuvre de plus, disjonctent, transgressent, se déchaînent ! Alors pour qui a rêvé un jour, pour une raison ou une autre, de passer à l’acte, pas d’hésitation, c’est le livre qu’il vous faut !

MARION CORDIER
Février 2017

Article 353 du code pénal Tanguy Viel
Les Editions de Minuit, 14,50 €