Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Sous le double signe du père et de la littérature, le dernier ouvrage de Daniel Mendelsohn

C’est l’histoire d’un homme…

Sous le double signe du père et de la littérature, le dernier ouvrage de Daniel Mendelsohn - Zibeline

« Par un soir de janvier, il y a quelques années, juste avant le début du semestre de printemps au cours duquel je devais enseigner un séminaire de licence 1 sur l’Odyssée, mon père, chercheur scientifique à la retraite alors âgé de quatre-vingt-un ans, m’a demandé, pour des raisons que je pensais comprendre à l’époque, s’il pourrait assister à mon cours, et j’ai dit oui. […] Chaque vendredi matin à dix heures et demie, il prenait place parmi les étudiants de première année, des gamins de dix-sept ou dix-huit ans qui n’avaient pas le quart de son âge, et participait aux discussions sur ce vieux poème, une épopée où il est question de longs voyages et de longs mariages et de ce que peut signifier le mal du pays. » Ainsi commence le dernier ouvrage de Daniel Mendelsohn, Une odyssée (un père, un fils, une épopée), placée sous le double signe du père et de la littérature, de l’autobiographie et de la poésie épique. De même que la fidèle Pénélope tisse sa toile afin de contenir les insistantes ardeurs des prétendants au royaume d’Ithaque, l’écrivain attise le désir de lecture en entrelaçant avec brio l’évocation des chants du poème d’Homère (dont le récit suit l’ordre) et celle de moments de son enfance, de son apprentissage, ou de la vie de ses parents. Ainsi le texte va-t-il, de l’analyse d’un épisode de la célèbre épopée à une anecdote familiale, en un constant et fluide va-et-vient de l’intime à l’universel, et vice-versa. D’où le double plaisir du lecteur. Celui de se replonger dans l’Odyssée, et d’en (re)découvrir bien des facettes oubliées grâce au talent pédagogique du narrateur qui, professeur de littérature classique, se meut avec aisance dans les circonvolutions d’un texte plein de détours (comme une métaphore du périple d’Ulysse) et en offre une lecture tout à fait passionnante. Celui aussi de suivre les étapes de la quête du père. Un père dont l’identité se révèle peu à peu, comme celle d’Ulysse, aux yeux d’un fils qui, tel Télémaque, ne le connaissait pas si bien. Émouvant hommage au père disparu. Brillant hommage à l’un des textes fondateurs de la littérature mondiale.

FRED ROBERT
Janvier 2018

Une odyssée, un père, un fils, une épopée, Daniel Mendelsohn

Flammarion, 23 €