Vu par Zibeline

Nevermind, une exposition d'André Mérian à voir dans le cadre de La Photographie Marseille #6

André Mérian ou la réalité recomposée

• 13 octobre 2016⇒14 janvier 2017 •
Vérifier les jours off sur la période
Nevermind, une exposition d'André Mérian à voir dans le cadre de La Photographie Marseille #6 - Zibeline

On avait en mémoire les paysages documentaires d’André Mérian, de larges travellings urbains déshumanisés et bétonnés, manifestement photographiés à distance. On découvre à présent des fragments de paysages et d’architectures, des objets-structures pris en plans rapprochés comme pour abolir –sans renier – une pratique passée. L’élément déclencheur de cette césure date de Marseille 2013, et son travail de commande sur les sept principaux ports de la Méditerranée qui a donné lieu à Waterfront édité par Arnaud Bizalion.

Dès lors André Mérian a eu envie de changer de bord. Il a aboli la distance physique, mentale et intellectuelle avec son sujet : il « est » dedans. Il va même jusqu’à mettre en scène certains objets, les déplacer, les contextualiser, et jouer de la frontière entre la réalité et la fiction : fausse bûche incandescente érigée en sculpture, mur de briques à angle mort, lit de rivière désolé ou capot de voiture tronqué.

Invité d’honneur du festival La Photographie Marseille, il lui réserve la primauté de sa série Nevermind dans une exposition installée au cordeau à la Galerie du 5ème. Chaque cimaise pourrait composer comme un nouveau paysage mais tel n’est pas le but : le jeu de confrontation entre les paysages et les objets prévaut, et le dédale de prises de vues forme un long ruban formel au fil duquel la nature et la lumière jouent à cache-cache. Où la lumière tient le rôle central dans la composition. « Il n’y a pratiquement pas de hors-champ, je suis dans l’objet, sur l’objet, près de l’objet » commente André Mérian, comme il est « dans » la jungle de Calais tous les mois pour répondre à une commande du CNAP sur le passage des migrants. Un thème qui l’habite totalement et lui fait dire, baissant la voix, « c’est une leçon de vie ».

L’exposition Nevermind donne envie de découvrir les 18 autres événements programmés par La Photographie Marseille dans 16 lieux, tous en libre accès conformément au vœu du photographe Christophe Asso. Des expositions, des conférences, des signatures, une carte blanche à Magali Lambert (lauréate du Prix Maison Blanche 2015) à Rétine argentique, et, cette année, un partenariat avec Street Level Photoworks pour les dix ans du jumelage Glasgow-Marseille.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Novembre 2016

Le 26 novembre à 18 heures, André Mérian commentera son exposition.

Nevermind
15 octobre au 26 novembre
Galerie du 5ème, Marseille
04 96 11 35 00
galerieslafayette.com

La Photographie Marseille #6, Festival de photographie contemporaine
13 octobre au 14 janvier 2017
laphotographie-marseille.com

Photo : Nevermind, André Mérian, Galerie du 5e Marseille, octobre 2016 © François Moura