Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Retour sur Volt(s) Face, création mêlée de corps et de sons, vue aux Salins à Martigues en avril

100 000 volts et plus

Retour sur Volt(s) Face, création mêlée de corps et de sons, vue aux Salins à Martigues en avril - Zibeline

Frank Micheletti est à son meilleur niveau quand il combine l’énergie des danseurs de Kubilai Khan investigations et des rockers du groupe londonien Mugstar. Plus d’une heure durant, jamais l’équilibre ne se rompt dans ce contrepoids parfaitement balancé : sa création Volt(s) Face exclue toute forme illustrative pour trouver une réelle résonance par la confusion ou la dissemblance entre le mouvement et la musique. Corps et sons s’échappent de la batterie ou d’un riff de guitare électrique, danseurs et musiciens croisent leurs trajectoires ou leur voix dans un flux d’énergie continu.

La tension permanente de la chorégraphie -écriture fluide et fouillée (une bouche qui effleure un micro, une cambrure ondulatoire)-, des bruits, des éclats de voix, du rock provoque de longues et intenses vibrations. C’est une danse qui naît de l’intérieur, s’expulse et se propage en volutes acides à l’instant où le groupe se lance dans une course compacte, tel un essaim d’abeilles, avant de se disloquer brusquement, de circuler dans les sombres recoins du plateau avec un sentiment d’urgence. Une danse qui s’évapore en effluves hypnotiques dans des duos particulièrement ciselés. Sans cesse Volt(s) Face nous déphase : l’accélération cède la place à la suspension, la vitesse foudroyante au geste volatile.

Mais, comme toujours, Frank Micheletti n’engage pas uniquement le mouvement dans ses compositions, il questionne « nos codes, nos cadres et nos normes » : « Il faut voir ce que le monde peut nous apprendre » entend-on fuiter à nos oreilles. Sa façon d’habiter le monde vient bousculer nos certitudes et interroger notre propre manière de vivre… Comme happé par une spirale sans fond, il dézingue l’« étrange odyssée de la vitesse industrielle et technologique », rebat les cartes avec frénésie et invoque « la rime et la vie » pour faire face au vertige, et éviter que la terre ne se dérobe sous nos pieds.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Juin 2017

Volt(s) Face a été créé le 25 avril au théâtre Les Salins, scène nationale de Martigues

Photo : © Volt(s) Face © Jean-Michel Blasco


Théâtre des Salins
19 Quai Paul Doumer
13692 Martigues
04 42 49 02 01
www.les-salins.net