Zibeline enquête sur les pratiques de location de salle lors du Festival Off d'Avignon

#BalanceTonOff

Zibeline enquête sur les pratiques de location de salle lors du Festival Off d'Avignon - Zibeline

Dans la Cité Papale on a l’habitude plus qu’ailleurs de profiter grassement de la dépense culturelle des citoyens et des artistes : c’est le seul endroit de France où le théâtre est une activité rentable, grâce au Festival d’Avignon !

Le Off, magnifique preuve annuelle de l’amour des français pour le théâtre, est une source intarissable de revenus pour les commerçants, hôteliers et restaurateurs, mais surtout pour les propriétaires de salles. Le créneau de deux heures se loue entre 12 000 et 25 000 euros, chaque salle en enchaîne 7 ou 8 dans la journée, et certains « théâtres » ont plusieurs salles.

Les acteurs de la vie publique ne peuvent se soustraire aux questions des journalistes et cacher leurs financements. Mais les loueurs de salle ne sont pas tenus aux mêmes obligations, et une véritable omerta règne… Nous ne connaissons leurs prix qu’à travers ce que les compagnies nous en disent !

Aussi, puisque ni les théâtres ni AF&C ne publient ces prix de location, Zibeline vous propose de balancer les abus du off (prix du créneau et conditions d’accueil). Dans les théâtres mercenaires, dans les théâtres permanents. Afin qu’on mesure comment l’argent des artistes et du public profite aux marchands du temple culturel.

Pour participer, vous trouverez sur ce lien notre questionnaire. Les réponses demeureront strictement anonymes. Elles seront recoupées en juin, et publiées en juillet en respectant votre confidentialité. Zibeline protège et vérifie ses sources. Vous pouvez répondre autant de fois que vous avez été programmés dans le Off depuis 2010.

Nous publierons en juin le résultat de notre enquête.

AGNES FRESCHEL
Mars 2018